RETOUR A L ACCUEIL                  Curaçao (Antilles néerlandaises) 2011

            retour au sommaire

40 milles séparent Bonaire de Curaçao, nous les parcourons sous voiles du début à la fin, poussés par l’alizé léger. En raison de la proximité du Venezuela et de la Colombie, on nous avait prédit des contrôles fréquents de Costguards mais il n’en fut rien. Ceux-ci nous doublent à la fin du trajet, plein gaz dans le chenal d’accès au lagon, sans se préoccuper de nous.

SPANISH WATER

Les mouillages de Curaçao sont réglementés et les voiliers fréquentent le plus souvent celui du lagon de Spanish-water : très bien protégé, très peuplé aussi (environ 90 voiliers lors de notre passage), il sert de refuge à de nombreux navigateurs qui passent ici la saison cyclonique. Sur la rive, de belles villas et des maisons flottantes… Seul bémol, l’eau verte et trouble n’incite pas à la baignade après l’eau bleu du large…

SPANISH2     MOUILLAGE2     SPANISH3

On trouve sur cette île plusieurs magasins d’accastillage, c’est une escale technique importante dans le sud-ouest des Caraïbes. C’est pour cela que nous sommes ici car Galinette, depuis le départ de Guadeloupe, a subi quelques pannes (convertisseur électrique, pilote automatique, pompe à gasoil, contrôleur de panneaux solaires). Nous devons changer ou réparer cela avant de continuer vers la Colombie et Panama.

Nous retrouvons ici plusieurs bateaux croisés auparavant : Eol, Kamiros, Chamicha, Freya, Calenda, Joz III. Nous en rencontrons aussi des nouveaux : Iaka, Lacaraba (Nadine, Christophe, Cécile, Adrien), Wind song III (Soisic et Philippe), Fanou (Christophe)… Tout ce petit monde se retrouve lors des Happy hour du bar de la marina des pêcheurs, recréant une sorte de village  francophone. Tout ici est organisé pour les équipages : navettes gratuites affrétées par les supermarchés ou les shipchandlers, Barbecue party le jeudi soir, émission en Radio VHF le matin des informations ou animations de la journée…

willemstad

Entre les courses et le bricolage nous trouvons le temps de nous rendre à la capitale : Willemstad. L’excursion commence par l’incontournable visite aux douaniers, face au marché flottant tenu par les vénézuéliens qui vendent leurs légumes sur leurs pineros.
Puis nous parcourons les belles rues du centre, très colorées et marquées par l’empreinte hollandaise.

customs     MARCHE    CANAL    VILLE

La principale curiosité de la ville est un pont piéton flottant qui relie les deux berges du chenal. Il est porté par une multitudes de barques et, lorsque des bateaux souhaitent passer le canal, il pivote sous l’effet du gros moteur diesel situé à l’une des extrémités. Il est doublé par un gigantesque viaduc routier qui reste fixe.

PONT1     PONT2     PONT3

Les habitants de Curaçao, très aimables, parlent le Papiamento. Cette langue est issue des dominations successives de l’île. On retrouve des mots de portugais, d’espagnol, d’anglais, de néerlandais… Bizarrement tout le monde comprend rapidement le sens d’une phrase !

A proximité de Spanish water se trouve également La Dolphin academy qui regroupe un aquarium, des dauphins, des lions de mer… Nous profitons de ces attractions en compagnie d’Eol le temps d’une journée.

DAUPHINS1     DAUPHIN2      DAUPHIN3

AQUARIUM1     AQUARIUM2     AQUARIUM3

La petite plage à l’extérieur du lagon est également bienvenue pour les enfants qui sont de plus en plus nombreux. Les enfants de Kamiros, Lola (11 ans) et Luca (7 ans) se joignent à ceux d’Eol et de Galinette. La plupart des bateaux présents ici poursuivent leur périple vers l’Ouest. Nous allons tous nous recroiser d’ici Panama.

Ayant terminé nos achats et profitant d’une fenêtre météo correcte, nous mettons le cap sur Santa Marta en Colombie le 26 octobre au petit matin. Ce trajet de 340 milles est redouté par les voiliers qui rencontrent parfois des conditions de mer difficiles au passage des caps : Cabo de la Vela et Punta Galina. Nous choisissons de passer près de la côte afin de s’y abriter si nécessaire.

DEPART

HAUT DE PAGE