RETOUR A L ACCUEIL                               Los Roques (Venezuela)

            retour au sommaire

Après une navigation de nuit sans encombre, nous atteignons les Bouches de Sébastopol, au sud de l’archipel. Deux bateaux français sont là aussi. Un snorkelling sur une patate de corail à trente mètres du bateau nous permet de voir de beaux poissons anges royaux et toute une colonie de petites seiches.

SOYO

Arrêt à l’îlot de Soyoqui, nous passons la nuit seul au monde. Nous remontons ensuite vers Gran Roques. La ville est toujours la même : son aéroport, ses petits avions frôlant les mâts de bateaux et se posant presque sur la plage, ses rues en sable.

AVION

Le gros changement vient de l’accroissement du tourisme : de nombreuses posadas et des bateaux de charters vénézuéliens sont apparus depuis trois ans !

   POSADA

Nous avons quelques difficultés avec les gardes-côtes des Roques, qui nous convoquent trois fois dans leurs locaux. Il nous manque le « Zarpe », formulaire de sortie d’une région maritime à une autre. 36 heures d’attente plus tard, ils nous annoncent que nous pouvons aller ou l’on veut mais que ce n’est pas bien de ne pas avoir des papiers en règle !

sarqui

Après un approvisionnement au supermarché du village qui vient tout juste d’être livré en produit frais, nous naviguons jusqu’à Noronquis. Toute la journée, des barques déposent des touristes sur la plage, après leur avoir donné une glacière et installé un parasol. De plus, un ou deux bateaux de charter passent la nuit avec nous au mouillage. Florent  a beaucoup de mal à chasser car il est inquiété par tous ces mouvements. Les fonds sous-marins sont toujours aussi beaux mais il n’y a plus aucune langouste… Nous en profitons tout de même en snorkelling, Lilian participe bien mais doit se reposer par la suite.

SNORK     FATIGUE     CRABE

Après trois jours à Sarqui, nous revenons sur Gran Roque acheter des fruits et légumes, et surtout faire le plein d’eau des cuves de Galinette. Nous disposons de l’annexe et de 8 bouteilles vides de 5 litres chacune, nos cuves font 900 litres... La corvée commence ! L’île dispose d’un énorme dessalinisateur à condensation. L’eau de mer est portée à ébullition, la vapeur récupérée et le sel rejeté à la mer. Après plus d’une dizaine de voyage, et avec l’aide d’autres voiliers qui nous ont prêté leurs bouteilles vides, les cuves sont pleines !!! Evidement il fait un énorme orage de plus de deux heures durant la nuit ; tant d’eau que l’on aurait pu récupérer !

DESSAL     DESSAL

Nous rencontrons Eol : un catamaran français dont le trajet est identique au notre pendant quelques mois. L’équipage est composé de Greg, Clem et leurs deux enfants, Matthieu, 6 ans et Léa, 4 ans. Ils viennent d’être « libérés » par les gardes-côtes, car ils n’avaient pas non plus les bons papiers… Nous partons ensemble passer quelques jours à Sarqui. L’activité favorite des enfants consiste à faire une cabane. Au fil du temps, ils se perfectionnent…

CABANE     CABANE     CABANE

Le trajet vers l’ouest se poursuit, nous découvrons pendant 24 heures un îlet qui semble être faite intégralement en coquilles de lambi. Il y a seulement deux cabanes de pêcheurs dessus et un grand nombre d’oiseaux.

LAMBIS

Nous descendons ensuite au mouillage de Dos Mosquises. Le parc des tortues est toujours ouvert mais semble un peu à l’abandon… Un gardien nous reçoit, au lieu d’un chercheur, il nous donne très peu d’explications. Les enfants peuvent quand même toucher les petites tortues qui attendent d’être plus grosses pour retrouver la mer des caraïbes.

TORTUE     TORTUE     TORTUE

5 milles plus loin, nous ancrons à Cayo de Agua, avec 4 autres voiliers.  Durant la courte navigation, nous pêchons un thazard  de 3kg500. C’est Lilian qui nous a alertés car personne d’autre à bord n’avait vu la touche !

THAZARD

Flo chasse et cela nous permet de manger du poisson frais : capitaine, thazard, pagre… Au barbecue, pif-paf à la poêle ou au four, c’est délicieux…

Nos copains d’Eol ne sont pas loin ; plage, construction de cabanes ou virées en canoë… et bien sur, apéro !

CAYO DE AGUA    KAYACK     EOL

Nous mettons les voiles pour Los Aves  en leur compagnie le 28 septembre.


HAUT DE PAGE